Journées européennes du patrimoine : 10 acteurs du luxe à rencontrer

Samedi 16 et dimanche 17 septembre sonnent le retour tant attendu des journées européennes du patrimoine. Un moment privilégié pour sortir de sa zone de confort et visiter les coulisses et les espaces très très privés de grandes institutions du luxe.

 

Cette 40e édition des Journées Européennes du Patrimoine déclinée sous le thème du “patrimoine vivant” et du “patrimoine du sport” signe la première participation du groupe l’Oréal à ce rendez-vous culturel annuel. Pas moins de quatre sites appartenant au leader mondial de la beauté seront exceptionnellement ouverts au public, dont le siège mondial du groupe. 

 

Autre visite sans précédent, le 19M – à savoir la Manufacture mode de la maison Chanel – ouvre ses portes au public. 

 

D’autres lieux offriront une piqûre de rappel sur l’actualité brûlante, du studio du photographe de mode Franck Horvat, auquel le jeu de Paume a consacré une exposition, à la boutique parisienne de Bucherer, l’enseigne de montres de luxe rachetée par le groupe Rolex, en passant par le 30 Montaigne. Ce dernier offre dans sa galerie un panorama des plus exhaustifs des créations de la maison Dior, dont les collections de Marc Bohan, décédé à 97 ans le 6 septembre dernier. 

 

La rédaction a sélectionné pour vous une dizaine de suggestions de visites insolites qui sont autant de découvertes de lieux exclusifs au contact de celles et ceux qui font vivre l’univers du luxe au quotidien. 

 

Les nouveautés de la 40e édition

 

L’Oréal

 

Nouveau venu dans le foisonnant programme culturel annuel des Journées européennes, citons l’Oréal

 

Le groupe, leader mondial des produits de beauté – présent dans le quotidien des français depuis 114 ans – ouvre à cette occasion quatre sites emblématiques, soulignant son ancrage territorial. 

 

C’est notamment le cas du Centre Eugène Schueller – du nom du fondateur de l’enseigne – le siège mondial du Groupe depuis 1978, situé à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine), œuvre de l’agence d’architecture Wilmotte & Associés. 

 

© L’Oréal

 

Sur place, il sera possible,  dans le cadre d’une visite guidée, de découvrir l’histoire industrielle du groupe, ainsi que ses engagements environnementaux et sociétaux, sans compter ses dernières innovations technologiques

 

A côté de ce navire amiral, il sera également possible de visiter l’usine d’Aulnay-sous-Bois, spécialisée dans la parfumerie de luxe (voir photo de couverture). Imaginé en 1992 par les architectes Denis Valode et Jean Pistre, le site accueille plus de 200 collaborateurs qui fabriquent les parfums du groupe dont 90%  sont exportés dans le monde entier. 

 

Citons également le Pavillon des Sources du Centre Thermal La Roche-Posay dans la Vienne, cœur de l’histoire thermale du groupe ou encore le Domaine de la Rose de Lancôme, un écrin de biodiversité situé à Grasse, dans les Alpes-Maritimes.

 

Domaine de la Rose © L’Oréal

 

Ce dernier, véritable écrin de biodiversité sur les terres provençales (250 espèces de faune et de flore), offre 4 hectares de champs consacrés à la culture biologique d’une dizaine de plantes à parfums, traitées dans la distillerie interne et conservées dans un orgue à parfums. 

Chanel

 

La Maison de couture de la rue Cambon ouvre pour la première fois son 19M, comprendre la Manufacture mode de la Maison Chanel. 

 

Inauguré en 2019, le bâtiment est l’œuvre de Rudy Ricciotti, grand prix d’architecture et auteur du MUCEM. 

 

19M, la Manufacture mode de la Maison Chanel © Chanel

 

L’édifice accueille quelque 600 salariés répartis sur 2500 m² et regroupe l’ensemble des 11 Maisons métiers d’art, à savoir brodeurs, plumassiers, tisseurs, bottiers et gantiers. L’occasion de découvrir le saint des saints des Goossens, Lemarié, Lesage, Maison Michel et autre Massaro. 

 

Outre les équipes, le bâtiment abrite également les foisonnantes archives de la Maison. Le fabricant de maillots de bain de luxe, Eres – propriété du groupe Chanel depuis 1996 – y a également installé son siège

 

Un 19M où le M évoque tour à tour Métiers d’art, Mode, Main, Maison et Manufacture tandis que le 19 renvoit tout aussi bien à l’arrondissement qu’au jour de naissance de Gabrielle Chanel (aout 1883). 

 

Lucas Carton

 

Le restaurant, face à l’église de la Madeleine, inauguré en 1839 sous Napoléon III, participe pour la première fois aux journées du patrimoine. Il s’agit, à l’instar de la Tour d’Argent, d’un des plus anciens restaurants gastronomiques de la capitale

 

© Lucas Carton

 

Parmi les curiosités à découvrir, citons la salle historique richement décorée de boiseries classées et signées de l’ébéniste et décorateur français Majorelle, véritable chefs d’œuvre du mouvement Art Nouveau. Pas moins de quatre années ont été nécessaires pour sculpter les bois précieux faits d’érable, de sycomore et de citronnier de Ceylan. 

 

A noter qu’il est possible de profiter d’une visite guidée ou bien encore de prendre un tea time payant réalisé par le chef le samedi entre 15h et 18h. 

 

Hennessy

 

La Maison de cognac du groupe LVMH, fer de lance de sa division vins et spiritueux, propose cette année une installation immersive sensorielle baptisée MOBILIS

 

Le président de la maison Hennessy, Laurent Boillot, a invité le couple de créateurs Olivier Kuntzel et Florence Deygas pour concevoir une œuvre immersive au sein du circuit de visites Hennessy.

 

© Arnaud Koncina/Hennessy

 

Fruit de deux années de travail, avec la contribution exceptionnelle de plus de 50 métiers différents, l’installation MOBILIS offre un portrait créatif et exhaustif sur le patrimoine et les savoir-faire de la Maison.

 

De la viticulture à la calligraphie, les artistes ont puisé leurs inspirations dans les croquis du XVIIIe siècle de Richard Hennessy afin d’explorer et de retranscrire l’univers de la maison. 

 

Sur place, les visiteurs peuvent s’attendre à un parcours en réalité virtuel offrant sons surround et illustrations réalistes.

 

Ils ont récemment fait notre actu

 

Dior

 

Un nom qui fait rêver – contraction entre Dieu et or – et qui évoque à lui seul toute l’euphorie mode de l’après-guerre. C’est également l’une des marques les plus désirables du luxe contemporain

 

C’est aussi un lieu mythique – le 30 Montaigne, où le fondateur Christian Dior avait installé son atelier – situé sur l’avenue du même nom, dans le triangle d’or parisien. 

 

Galerie Dior du 30 Montaigne © Dior

 

Plus beau flagship de la marque, le bâtiment abrite une boutique d’un genre nouveau combinant espace d’exposition et espace de restauration. Sans doute la vision la plus avant-gardiste du retail made by France. 

 

Pour les journées européennes du patrimoine, nous vous recommandons en particulier son musée et son œuvre sculpturale, une vitrine encerclant son escalier central et présentant pas moins de 452 robes et 1422 accessoires. 

 

L’occasion de parcourir l’histoire de la Maison ainsi que les créations de ses directeurs artistiques successifs, et notamment celles de Marc Bohan, successeur d’Yves Saint Laurent chez Dior et décédé à 97 ans le 6 septembre dernier dans sa résidence de Bourgogne. 

 

Il est l’artisan de la ligne de prêt-à-porter Miss Dior, disparue depuis mais qui revit ici dans le cadre d’une exposition temporaire.

 

D’autres expositions sont actuellement à l’affiche des lieux. Il sera ainsi possible de découvrir le lien intime qu’entretient l’actuel directeur artistique de Dior Homme, Kim Jones avec l’art contemporain ou encore de mieux comprendre comment le baroque du XVIIIe siècle a nourri les inspirations du fondateur Christian Dior, de l’étoffe à la coupe en passant par les éléments de décor comme le gris trianon, couleur signature de la Maison. 

 

Et pour ceux qui ont le pied marin, rendez-vous dans la maison d’enfance du fondateur à Granville (Normandie) – qui abrite un musée – pour une exposition sur l’homme qui se cache derrière Chistian Dior.

 

Bucherer

 

Alors que Bucherer a défrayé la chronique en étant racheté par Rolex, les journées européennes du patrimoine vous offrent la possibilité de comprendre par vous-même la raison d’un tel choix stratégique. 

 

A son ouverture en 2013, à l’occasion des 125 ans de l’entreprise, le “grand magasin” parisien Bucherer – situé au 12 rue des Capucines – était le plus grand espace de vente d’Europe dédié à la vente de pièces d’horlogerie et de joaillerie de luxe. 

 

Et il n’a pas volé sa réputation, tant la décoration et les produits présentés en majesté dans ce palais horloger confèrent au sublime. 

 

Bucherer Paris © Bucherer

Le magasin abrite  pas moins de 36 marques et non des moindres comme Audemars Piguet, Blancpain, Jaeger Lecoultre, Vacheron Constantin, A.Lange & Söhne ou encore Panerai. Et Bucherer peut d’ailleurs se targuer d’être un des rares distributeurs officiels de la marque Rolex, désormais son propriétaire. 

 

Depuis juillet 2023, Bucherer Paris a inauguré un nouvel espace Rolex. L’occasion rêvée d’essayer les nouveaux modèles comme l’Oyster Perpetual ou encore la Cosmograph Daytona. 

 

Studio photo Frank Horvat

 

Le photojournaliste et photographe de mode Frank Horvat, né en 1928 et décédé en 2020, ouvre les portes de son atelier-studio, situé à Boulogne-sur-seine

 

Studio photo de Frank Horvat © Ville de Boulogne Billancourt

 

Accueilli par sa fille, le public pourra découvrir le lieu de travail de celui qui, en un demi-siècle, aura laissé une collection considérable et aura été parmi les pionniers de l’usage du numérique.

 

Horvat est un maitre du cliché en noir et blanc, connu pour avoir cassé les codes de la photographie de mode avec des oeuvres comme Givenchy Hat B, Jardin des Modes, Paris, 1958, prise à l’hippodrome de Longchamp . 

 

Les incontournables

 

Cartier

 

Pour la deuxième année consécutive, le “roi des joailliers et joaillier des rois” invite à découvrir au plus près les les artisans de la Maison au sein de l’institut Cartier joaillerie. 

 

© Cartier

Dans un hôtel particulier du XVIIIe siècle, les visiteurs pourront prendre part à un parcours immersif dédié aux métiers de la joaillerie et au savoir-faire de la Maison Cartier. 

 

L’occasion pour le public de s’initier aux gestes joailliers en participant à la conception d’une œuvre commune. 

 

Boucheron

 

Le joaillier fondé en 1858 et propriété du groupe Kering ouvre les portes de sa boutique-atelier située au 26, place Vendôme à Paris.  

 

Édifié en 1720 pour Charles de Nocé, cet hôtel particulier fait partie du patrimoine immobilier de la célèbre Place Vendôme dont Jules Hardouin Mansart a dessiné les contours. En 1893, Frédéric Boucheron a été le premier des grands joailliers contemporains à installer une boutique Place Vendôme. 

 

L’appartement privé Boucheron à l’Hotel de Nocé, 26 place Vendôme © Boucheron

 

L’édifice abrite aussi bien un atelier de production, un studio de création ainsi qu’un appartement privé. 

 

Ce dernier est un espace exclusif entièrement privatisable pour les meilleurs clients de la Maison avec un service assuré par les équipes du Ritz, situé à quelques mètres seulement. 

 

Kering et Balenciaga

 

L’hôpital de Laennec, siège depuis 2016 de Kering – second plus grand groupe de luxe mondial – et de la Maison Balenciaga est situé à deux pas du Bon Marché et est un grand habitué des journées européennes du patrimoine. C’est en effet  sa huitième participation à cette grande célébration culturelle. 

 

Historiquement, le lieu était l’ancien hospice des incurables, fondé en 1637 et où se retrouvaient les personnes condamnées par une maladie ou en fin de vie. Il gardera sa fonction hospitalière jusqu’en 2000 avant de bénéficier d’un vaste programme de réhabilitation.

 

Hopital de Laennec © Kering

 

Outre la visite de la bâtisse historique et de sa chapelle classée édifiée sous Louis XIII, il sera possible de voir la nouvelle exposition temporaire des lieux autour du “couturier des couturiers”, Cristobal Balenciaga (1895-1972). 

 

Dans cette exposition éphémère intitulée « Figures de style », une trentaine de robes méconnues des archives de la Maison et réalisées pour une clientèle d’exception, tête couronnée ou célébrité.  Une manière également de valoriser la conception du sur-mesure cher au couturier espagnol, natif de Getaria, celui-ci ayant pour habitude de confectionner ses tenues directement sur le corps des clientes. L’occasion de d’en savoir plus sur ce lien sensuel. 

 

Le Bonus Luxus Plus : Les Ateliers Berthier

 

Et on termine sur une découverte inédite pour cette 40e édition des Journées du Patrimoine : la visite des Ateliers Berthier.

 

Son nom ne vous dit pas nécessairement quelque chose et pourtant il s’agit du stock des costumes de l’Opéra de Paris.

 

Inscrit à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1990, construit par Charles Garnier et Gustave Eiffel, l’édifice a été pensé pour loger les ateliers de décors et de costumes de l’Opéra de Paris.

 

Dans le cadre d’une visite guidée d’1h30, il sera possible d’approcher près de 60 000 éléments de costumes et accessoires qui sont autant de pièces exceptionnelles de tous styles et toute époque renvoyant aux plus grandes prestations sur les scènes de l’Opéra Garnier et de l’Opéra Bastille.

 

© Opera de Paris

 

Lire aussi > SI ON SE FAISAIT UNE TOILE… À L’OPÉRA GARNIER AVEC L’ARTISTE JR ?

 

Photo à la Une : Fabrique des parfums du groupe l’Oréal © L’Oréal

Victor Gosselin est journaliste spécialisé luxe, RH, tech, retail et consultant éditorial. Diplômé de l’EIML Paris, il évolue depuis 9 ans dans le luxe. Féru de mode, d’Asie, d’histoire et de long format, cet ex-Welcome To The Jungle et Time To Disrupt aime analyser l’info sous l’angle sociologique et culturel.

Tags

Luxus Magazine recommande

Luxus Magazine N°8

Disponible dès maintenant