Barbie fait chausser des lunettes roses à la Fashion Sphere

La prochaine sortie estivale du film Barbie a intensifié le goût de la Planète Mode pour le style girly de la poupée iconique et pour sa couleur préférée, le rose… Décryptage du phénomène #Barbiecore.

 

Souvent mode varie. Assisterait-on à un reflux de la tendance non genrée ? Sans aller jusque-là, force est de constater que le rose, la couleur des petites filles et jeunes femmes dans le « monde d’hier », revient en force dans le paysage de la Fashion Sphere. Et cela via le véhicule d’une égérie on ne peut plus sexuée : la très girly Barbie

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Barbie (@barbie)

 

Cela n’a pas échappé à la presse mode : l’intérêt pour la célébrissime poupée Mattel, et sa couleur fétiche, le rose, explose sur Internet et les réseaux sociaux à l’approche de la sortie cet été  (le 19 juillet en France)  du film Barbie de Greta Gerwig avec Margot Robbie  et Ryan Gosling, transformés en Barbie et Ken.

 

Phénomène

 

Plusieurs hypothèses  peuvent d’ores et déjà être formulées pour expliquer ce phénomène. 

 

Celle d’une antidote aux excès de la désexualisation, et/ou du brouillage des genres, voire à un féminisme considéré comme agressif, pourrait être prise en considération. Même si la fameuse couleur rose a aussi été vue sur le chanteur Harry Style, dont les looks très étudiés empruntent volontiers dans le vestiaire  féminin. 

 

Et même si Kim Culmone, vice-présidente senior du design pour Barbie, a déclaré que  « le rose », couleur préférée de Barbie, « représentait un potentiel illimité et est un symbole d’émancipation féminine » ! 

 

Vie en rose

 

Mais, selon certains,  le rose pourrait aussi être un remède contre le pessimisme et l’agressivité ambiants. Selon les spécialistes de la « chromopsychologie », le rose atténuerait les pulsions violentes  et exalterait la joie de vivre. Bref, de quoi voir la « vie en rose » comme le chantait si bien Edith Piaf.

 

Mais si les causes de la tendance Barbiecore (une esthétique inspirée par l’icône des poupées, ndlr) actuelle peuvent toujours être discutées, les faits sont, eux, incontestables.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Valentino (@maisonvalentino)

 

La presse mode, de Vanity Fair à Business of Fashion en passant par Vogue les a largement identifiés ces derniers mois.

 

La plupart s’accordent à dire que l’intérêt pour Barbie s’était déjà manifesté par le passé dans le monde de la mode. Et de citer en particulier les collections Chanel du Printemps 1995, surnommée « Barbie », par Karl Lagerfeld et Printemps 2015 pour Moschino par Jeremy Scott, inspirées par la poupée vedette. 

 

Frénésie d’achat

 

L’arrivée du film Barbie a cependant transformé cette tendance à bas bruit en « quasi-tsunami », qui a commencé à déferler l’an dernier.

 

« Barbie est devenue la muse du style de l’année écoulée », a ainsi déclaré à Insider Morgane Speed, la rédactrice en chef du contenu chez Lyst.

 

La plateforme de recherche spécialisée dans la mode a constaté « une frénésie d’achat d’articles de mode liés à Barbie, tels que des tenues rose vif »dans la foulée de la publication début avril dernier d’une nouvelle bande-annonce pour le film Barbie. 

 

Les recherches d’articles proposés dans la fameuse couleur  girly auraient ainsi cru de 78 % dans la semaine qui a suivi. Les modèles affichés par Margot Robbie dans la bande-annonce, auraient également affolé les compteurs de recherche, avec un bond de 45% pour sa robe vichy et de 115% pour ses mules ! 

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Versace (@versace)

 

Raz de marée Barbiecore

 

Cet engouement concret a pour toile de fond un raz de marée  Barbiecore sur les réseaux sociaux, notamment Tiktok. 

 

Les vidéos liées à cette tendance ont ainsi été visionnées environ 590 millions de fois sur TikTok tandis que les hashtags #barbiecore et #barbiecoreaesthetic ont respectivement atteint 36,9 et 2,7 millions de vues.

 

La Barbiemania et sa couleur fétiche ont aussi  déferlé, depuis l’année dernière,  sur les podiums et tapis rouge, selon The Business of Fashion.

 

Le « la » a été donné dès mars 2022 avec la présentation de la collection automne-hiver 2022-23 de Valentino par Pierpaolo Piccioli, son directeur de la création. Baptisée Pink PP, celle-ci déclinait tous ses looks pour femme comme pour homme, dans le même rose vif monochrome. Lequel a donné naissance à une teinte Pantone brevetée PMS 219. une nuance toutefois différente de celle de Barbie (« Barbie Pink » ), ont souligné les puristes…

 

Il n’empêche, le rose a été depuis relayé en 2022 et 2023 comme un must par des people très en vue, comme le déjà cité Harry Styles mais aussi l’incontournable Kim Kardashian, les actrices américaines Anne Hathaway, Megan Fox, Anya Taylor-Joy Zendaya,  les chanteuses Dua Lippa et Lizzo ou la mannequin Hailey Bieber. 

 

Des lycra-bottes de Balenciaga ont ainsi été admirées sur Kim Kardashian, tandis que la silhouette de Megan Fox en minirobe de Nensi Dojaka assortie à  la coloration de sa chevelure, et celle de la plantureuse Lizzo en robe Valentino ont aussi fait le buzz. 

 

La déco aussi

 

Mai  la folie rose n’a pas seulement ré-enchanté les Fashion victim. 

 

Elle s’est aussi glissée dans les Maisons. 

 

Les recherches sur Barbie se sont notamment envolées sur Pinterest, le réseau social des tendances déco…

 

L’entreprise de peinture Rosco a pour sa part indiqué avoir livré beaucoup de pots de la couleur rose pour les décors du film Barbie. Ce qui aurait provoqué, dans la foulée, une pénurie mondiale de cette teinte (aussi alimentée, il est vrai, par la rupture post-pandémie des chaînes d’approvisionnement)  ! 

 

Et gageons qu’après la sortie estivale  du film Barbie, la vie en rose gagnera encore plus d’adeptes!

 

 

Lire aussi > VENTE AUX ENCHÈRES : RECORD BATTU POUR LES JOYAUX DE LA MILLIARDAIRE HEIDI HORTEN

 

Photo à la Une : © Barbie

Sophie Michentef a évolué plus de 30 ans dans la presse professionnelle. Pendant une quinzaine d’années, elle a encadré la rédaction France et international du Journal du Textile. Elle met désormais son expertise presse, textile, mode et luxe au service de journaux, organisations professionnelles et entreprises.

Tags

Luxus Magazine recommande

Luxus Magazine N°8

Disponible dès maintenant