Ces viticulteurs qui font pétiller le champagne… jusqu’à l’Aube (Partie 1/3).

Dix des plus belles et prometteuses Maisons de champagne de la Côte des Bar et de Montgueux sont venues célébrer au Pavillon Elysée les 20 ans du groupe Hôtels et Préférence, groupe français international possédant l’une des plus impressionnantes collections d’hôtels 4 et 5 étoiles en France.

 

En hommage à Vatel – grand ordonnateur des fêtes gastronomiques sous le règne de Louis XIV – c’est tout un parcours de dégustation dans un style Grand Siècle qui s’est exprimé autour d’une pépite bien française qui sait redonner à toute soirée son éclat et sa pétillance : le champagne. L’ensemble a été savamment sélectionné et orchestré par Sabine Verley, figure incontournable du marketing gastronomique et viticole.

 

Luxus Plus vous propose ici de revivre par les mots ce ravissement du palais dont sait nous régaler – comme nous émerveiller – le département de l’Aube.

 

Voyage effervescent garanti pour qui sait se modérer, bien évidemment.

 

Un guide en terrain champenois moins connu

 

Au début, il y avait une région au sud de la Champagne, ayant pour voisine la Bourgogne, mythique par son sol argilo-calcaire comme par ses cuvées : la Côte des Bar. Un patrimoine riche doublé d’un vignoble de caractère – à quelques encablures de Troyes – tourné vers une appellation d’origine contrôlée au savoir-faire séculaire : le vin de champagne.

 

Vin des rois ou “vin du diable” – en raison de ses bulles, fruit d’une seconde fermentation des raisins provoquant d’impétueux sauts de bouchon – voilà un convive de table qui sait enthousiasmer bien des fêtes. Mais derrière son allure entendue et son pinot noir signature, le champagne de la Côte des Bar sait se montrer créatif et parfois même des plus surprenants.

 

Pour éclairer l’amateur – dans l’appréciation de ce divin nectar, il nous fallait un guide… mieux : une ambassadrice. Et c’est Sabine Verley, directrice fondatrice de SV Marketing Gastronomique, qui a minutieusement préparé le terrain, sélectionnant dix maisons de Champagne de la Côte des Bar et de Montgueux. “Ça reste un pur hasard mais cette sélection de domaines offre une synthèse quasi parfaite des productions de la région”, s’exclame-t-elle. Et d’ajouter “entre les marques établies, les pépites et les nouvelles entrantes, tous ces vignerons sont d’abord très complémentaires.”

 

Elle a ainsi veillé à proposer une grande diversité de domaines, par la taille de l’exploitation, le positionnement, l’ancienneté ou encore l’implantation géographique.

 

Voici pour la présentation, place maintenant à la dégustation.

 

Quatre grands noms de la Côte des Bar

 

Débutons notre parcours par l’une des douanières de la filière viticole en France – fondée en 1808 – et surtout aussi bien connue en France qu’à l’international : la Maison Drappier.

 

Une fois n’est pas coutume, c’est Charline Drappier, directrice générale adjointe, à la tête de ce vignoble familial de 62 hectares – situé à Urville, et employant près de 200 personnes – qui nous fait l’honneur d’animer la dégustation. Face à un brut nature rosé, je lui préfère sa Cuvée brut nature, l’un des tout premiers champagnes sans dosage (sans sucre ajouté) de la Maison. D’une nature intrépide, cette cuvée 100% pinot noir cache bien son jeu. Derrière une apparence attendue, le nez, intense, se dévoile sur un fruit croquant et mûr à la fois, où l’on imagine facilement du fruit rouge ou de la pêche des vignes. La bouche, quant à elle, est droite, pure, libérant beaucoup de finesse et de fraîcheur, cette fois-ci sur des notes de fruits rouges, cassis ou encore de pain d’épice.

 

© Champagne Drappier

 

Parmi les autres stars à briller au firmament hexagonal du vin de champagne, on trouve le domaine Alexandre Bonnet Les Riceys. Désignant le plus grand village de Champagne, avec son territoire de plus de 800 hectares, le nom évoque – à lui seul – un des crus les plus recherchés de la Côte des Bar. Intrigué tant par son nom que par son nez fascinant, je me laisse tenté cette fois-ci par le champagne 7 cépages la Géande. Un assemblage de pinot noir, chardonnay, meunier ainsi que des quatres cépages ancestraux (pinot blanc, pinot gris, Arbane et Petit Meslier). Sa robe est limpide, pâle à reflet vert et or. Le nez délivre une explosion d’agrumes de type pêche, poire, figue ou encore mandarine et même amande légèrement grillée. La bouche, quant à elle, est puissante, salivante et d’une grande droiture.

 

 

© Alexandre Bonnet Les Riceys

 

Accueilli par Marion Roger, sa Directrice, je pars ensuite à la rencontre d’un autre domaine riche en histoire et en terroir : Cristian Senez. Depuis août dernier, celle-ci a repris l’exploitation familiale établie à Fontette depuis 1973 par son grand-père, oenologue de formation et grand amateur de vins. Une Maison de champagne connue pour ses millésimes et pour cause : ne recourant pas à la fermentation malolactique, ces champagnes se conservent plus longtemps.

 

A mon grand regret, la Cuvée des filles, millésime 2015 tout en espièglerie et pétillance gorgée de mandarine, de limes et pitayas avec des notes briochées, est, à l’heure de ma venue, victime de son succès. Qu’à cela ne tienne, je me laisse tenter par un autre millésime, le Rosé de saignée 2011. Au nez, des arômes de fraises confites et de cerises à l’alcool viennent généreusement caresser ma curiosité. Tout en complexité, la bouche révèle des arômes ronds et gourmands sur des notes de framboise, cerise, fraises, réglisse voire de figue, le tout finissant dans un bouquet floral.

 

© 2023 CRÉATION DU SITE MARION & JULIEN °EGRAM

 

Autre grande Maison de champagne, quoique plus confidentielle : le Domaine Binon-Coquard.  Adepte d’une viticulture raisonnée et durable, l’entreprise, basée à Spoy, est certifiée Terra Vitis depuis 2012 et HVE depuis 2019. Il y est ici question de voyage dans le temps, avec son champagne Esprit Solera. Une méthode qui consiste à faire vieillir ensemble des vins de plusieurs années. Un vin signature de la région (100% pinot noir) dont la robe n’a rien perdu de son jaune limpide malgré les années. Les larmes y sont épaisses trahissant un certain vécu. Le nez, délicat et frais, libère de légères notes d’agrumes avant de laisser place à des odeurs d’amandes, de noisettes, de fruits confits et même de vanille. La bouche y est légère et fraîche, grâce à ses notes de pommes granny ou encore de pomelo, avant de révéler un esprit truffé.

 

© Champagne Binon Coquard

 

 

Notre voyage gastronomique prend ici un tournant inattendu par ses Maisons plus discrètes mais qui ne renferment pas moins de véritables pépites gustatives.

 

 

Lire aussi >Des ventes records pour le Champagne en 2022

Photo à la Une : © 2023 CRÉATION DU SITE MARION & JULIEN  °EGRAM

Victor Gosselin est journaliste spécialisé luxe, RH, tech, retail et consultant éditorial. Diplômé de l’EIML Paris, il évolue depuis 9 ans dans le luxe. Féru de mode, d’Asie, d’histoire et de long format, cet ex-Welcome To The Jungle et Time To Disrupt aime analyser l’info sous l’angle sociologique et culturel.

Tags

Luxus Magazine recommends

Luxus Magazine N°8

Disponible dès maintenant