Cop 27 : l’Egypte au coeur des enjeux climatiques

La Cop 27 s’est ouverte dimanche dernier dans la station balnéaire de Charm-el-Cheikh en Egypte, et se terminera le 18 novembre prochain. C’est la première fois depuis 30 ans qu’une conférence mondiale sur le climat se tient sur le continent africain.

 

L’Egypte devient, pour cette édition 2022, l’hôte de la Cop 27 pour 15 jours. Après un été marqué par de fortes chaleurs, les questions environnementales et climatiques sont plus que jamais au coeur des préoccupations. L’Egypte est d’ailleurs l’un des pays les plus touchés et vulnérables face au changement climatique.

 

Le seuil d’une limitation à 1,5 degré du réchauffement climatique fixé par l’Accord de Paris en 2015 paraît déjà hors d’atteinte. Lors de ce nouveau conseil, et malgré l’urgence, de nombreux pays sont aux abonnés absents. Sans surprise, le président de la Chine, de la Russie ou de l’Inde boudent l’événement, mais aussi, plus étonnant,  les dirigeants du Canada ou de l’Australie.

 

En Europe, comme dans le monde, cet été a donné un aperçu des dérèglements climatiques et des drames latents induits. Selon un rapport de l’ONU, les huit dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées.

 

Dans ce pays de 106 millions d’habitants, très densément peuplé qu’est l’Egypte, l’un des principaux défis annoncés s’avère être celui de l’eau. Car d’ici 2100, les experts estiment que le nombre d’habitants pourrait atteindre 224 millions.

 

Ses ressources proviennent à 80 % de l’eau douce du Nil, le plus long fleuve du monde qui s’étend sur 6 700 km.  “ L’Egypte est très dépendante de cette ressource en eau presque unique” a confirmé à Ouest France Pierre Camberlin, chercheur au CNRS au Centre de Recherches de Climatologie de l’Université de Bourgogne. Le pays pourrait atteindre le seuil de pénurie hydrique d’ici quinze ans. Cet élément provoque aussi des tensions avec les pays voisins. Notamment l’Ethiopie, qui a inauguré un très grand barrage sur le Nil Bleu.

 

L’autre enjeu se trouve au nord du pays, sur la côté méditerranéenne. Sur cette bande de terre où vivent des millions d’habitants dont 5,5 % d’Égyptiens, la montée des eaux pourrait atteindre 73 cm en 2100. Et faire disparaître 1 % de la surface du pays.

 

On ne va pas pouvoir sauver ces zones et les gens qui vivent dessus. Cette partie du nord du Delta est condamnée” confirme Wolfgang Cramer, climatologue et spécialiste de la Méditerranée. La ville d’Alexandrie, son port national ainsi que tout son patrimoine sont amenés à disparaître sous les eaux.

 

Le réchauffement climatique est au cœur de cette problématique et concerne d’autres endroits dans le monde, également amenés à être engloutis par la montée des eaux comme Amsterdam au Pays-Bas ou New York aux États-Unis.

 

Une menace sociale et naturelle

 

Cette montée du niveau de la mer ne menace pas que les habitants, mais aussi l’agriculture, très présente dans le Delta du Nil. L’invasion des eaux salées dans les nappes phréatiques pourrait menacer l’irrigation des cultures. Le climatologue Jean Jouzel déclare : “La pénétration des eaux salées dans les sols les rendent beaucoup moins productifs.” Wolfgang Cramer appuie ses propos : « Il y a des terres dans le Delta du Nil qui ne peuvent plus être irriguées car l’eau est salée. Ça risque de s’aggraver dans les années qui viennent. »

 

D’après les prévisions des météorologues, les températures pourraient augmenter de 2,12° en 2050, jusqu’à 3,96° en 2100. Avec des pics de chaleur à 55° lors des épisodes de canicule les plus extrêmes.

 

Du côté du continent européen, les chiffres tout aussi dramatiques soulèvent aussi des interrogations. Aujourd’hui, l’agence européenne de l’environnement a annoncé que si aucune mesure d’adoption n’était prise d’ici à 2100, ce sont plus de 90 000 européens qui pourraient mourir chaque année suite aux canicules. Un chiffre qui tomberait à 30 000 si l’Accord de Paris est respecté.

 

Sécheresse record en Afrique de l’Est, inondations au Pakistan, canicules et feux géants en Europe et aux États-Unis, de nombreux sujets seront abordés lors de la Cop27. Et cette 27e édition appelle tous les États membres à accélérer leur action climatique.

 

Lire aussi>

 

Photo à la Une : © Presse

Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus Magazin décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Tags

Luxus Magazine recommends

Luxus Magazine N°8

Disponible dès maintenant