La collection de Sir Elton John mise aux enchères par Christie’s a rapporté plus de 20 millions de dollars

Avec 100% des pièces vendues et un total de revenus largement au-dessus des estimations, la collection privée de Sir Elton John, mise aux enchères par Christie’s, a su conquérir le cœur des acheteurs. Entre montres Rolex et Cartier, costumes de scène et œuvres d’art, retour sur des enchères à grand succès.

 

Dans la soirée du 21 février dernier, à New York, « The Collection of Sir Elton John : Goodbye Peachtree Road » a été mise aux enchères par Christie’s dans une première session de vente. Soigneusement sélectionnée par le chanteur lui-même, la ligne comprenait 49 lots. Alors que toutes les pièces ont trouvé un nouveau propriétaire, le total des ventes a précisément atteint 20 537 842 millions de dollars. Étaient présents au rendez-vous, des acheteurs fans de l’artiste, des collectionneurs d’objets de pop culture et des investisseurs dans l’âme venus de 34 pays et, pour 40% d’entre eux, réalisant leur premier achat chez Christie’s.

 

Des lots rares et d’exception

 

L’interprète de Your Song, Rocket Man et de I’m Still Standing, sacré commandeur de l’ordre de l’Empire britannique et chevalier, et totalisant 300 millions de disques vendus, continue de galvaniser le public. Et ce, malgré l’arrêt de sa carrière l’année dernière à l’occasion d’un dernier concert.

 

© Christie’s

 

Fort d’une aura interplanétaire et d’une impressionnante carrière de plus de 50 ans, Elton John a partagé un peu de lui-même lors de la vente aux enchères Christie’s. Et le début de l’événement a donné le ton. Les quatre premiers lots, des pièces iconiques du style excentrique du chanteur, ont dépassé leurs estimations. Parmi eux, on trouvait une paire de bottes de 1971 à plateforme en cuir argenté et parée des lettres E et J en cuir rouge, vendue à 94 500 dollars pour une estimation initiale comprise entre 5 000 et 10 000 dollars. Une paire de lunettes de soleil Sir Winston Eyeware, datant de 1975, est  quant à elle partie pour près de 23 000 dollars, soit 11 fois l’estimation basse.

 

© Christie’s

 

Côté horlogerie, trois montres-bracelets ont été présentées. L’originale Rolex Daytona avec un cadran imprimé en léopard a été vendue plus de 176 000 dollars, un record pour ce modèle. Le garde-temps « Crash », une édition limité Cartier, a trouvé preneur pour plus de 277 000 dollars, alors que l’estimation la plus haute réalisée par Christie’s était de 100 000 dollars. Enfin, la Tank Normale, toujours par Cartier, a atteint plus de 176 000 dollars.

 

© Christie’s

 

Côté joaillerie, la collection comprenait un collier en saphir et diamants représentant la planète terre (adjugé 32 760 dollars), une bague en saphir Cartier en forme de cœur (132 300 dollars) et un collier en diamants (32 760 dollars).

 

© Christie’s

 

Une Bentley Continental décapotable à deux portes de 1990 a été vendue pour pas moins de 441 000 dollars, alors que l’estimation initiale était comprise entre 25 000 dollars et 35 000 dollars. Pour plus de 201 000 dollars, un piano Yamaha a trouvé son acheteur. Un flipper, un service de table Medusa Red par Versace et un ensemble de trois fauteuils peints à la main et datant du XIXème siècle faisaient aussi partie de la collection.

 

© Christie’s

 

Enfin, de nombreuses œuvres d’art ont été sélectionnées par Elton John pour cette vente. Photographie d’Helmut Newton, émail sur bois de Keith Haring, argentique « Dovima avec des éléphants » par Richard Avedon… Les enchères ont été le reflet de l’amour de l’artiste pour toutes les formes d’art.

 

© Christie’s

 

Mais le lot le plus prestigieux n’était autre que le « Triptyque du lanceur de fleurs » de Banksy. Estimée entre 1 et 1,5 millions de dollars, la pièce a finalement été achetée pour 1,9 millions de dollars, soit l’objet le plus cher de la vente.

 

Lire aussi > 7 TENDANCES DE COLLIERS FANTAISIES CHICS APERÇUES À LA FASHION WEEK

Photo à la une : © Christie’s

Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus Magazin décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Tags

Luxus Magazine recommande

Luxus Magazine N°8

Disponible dès maintenant