La grande épopée du luxe (épisode 1) : la préhistoire

Qu’est-ce que le luxe ? Pour certains, il s’agit de biens ou services se détachant par leur caractère coûteux, raffiné, somptueux, pour d’autres, c’est un mode de vie caractérisé par de grandes dépenses consacrées au superflu, tandis que pour les plus réticents, le luxe n’est que gabegie. Mais au-delà de ces définitions subjectives, le luxe est un univers à part entière, se caractérisant par le plaisir, le raffinement, l’image, le désir et l’élégance. Ces notions ne meurent pas et le luxe est éternel… Dans le premier épisode de notre nouvelle série, nous avons remonté le temps jusqu’à la préhistoire où ont été découverts les premières traces d’objet esthétiques, à l’origine du luxe.

 

En Dordogne, aux alentours de la ville des Eyzies, classée au patrimoine mondial de l’Unesco pour ses sites préhistoriques, ont été retrouvés de nombreux objets datant de 30 000 avant JC, soit de l’époque du paléolithique « Outre les instruments destinés à se protéger ou à survivre, figure un certain nombre d’objets de parure que l’on serait tenté de qualifier d’accessoires de luxe », explique Jean Castarède, économiste, historien, essayiste et éditeur français. Cette découverte remontant à une période lointaine pourrait nous surprendre, pourtant nous ne nous étonnons pas lorsqu’on voit quelqu’un porter un bracelet élégant. On porte des objets pour ce qu’ils représentent et non pour leur utilité depuis la nuit des temps. Mais pourquoi les hommes préhistoriques utilisaient-ils des ornements, et depuis quand ? Quelles étaient les différents types de parures ?

 

Pourquoi portaient-ils des ornements ?

 

On ne peut pas dire avec certitude les raisons pour lesquelles la femme ou l’homme préhistorique se parait d’ornements. Mais sans doute est-ce pour les mêmes raisons qu’aujourd’hui. Les chercheurs ont émis plusieurs hypothèses à ce sujet. La parure pouvait être vue comme la distinction d’un rang social, d’un statut conjugal mais ces explications ne correspondent pas forcément à tous les cas de figure : des parures similaires ont été découvertes, sur des enfants, des adolescents, des adultes des deux sexes. Les ornements pouvaient également se rapporter à une appartenance à une communauté ou une « religion ». 

 

Enfin, pour certains chercheurs, la parure de la préhistoire pouvait être une preuve de richesse, voire un objet d’échange.

 

La parure de Saint-Germain-la-Rivière

 

Les matériaux et la forme de la parure

 

La collecte par l’homme de Neandertal de fossiles et minéraux remarquables a vraisemblablement pu être motivée par la curiosité. Cependant, les matériaux travaillés en vue d’un usage ornemental n’apparaissent qu’au seuil du Paléolithique supérieur. Ils traduisent les bouleversements culturels liés à l’expansion de l’homme moderne. La parure, élément retrouvé par les archéologues de manière récurrente, reflète les mutations technologiques et l’ampleur des mouvements de matières premières. Ces dernières (pierres, dents, os…) étaient très convoitées par les Paléolithiques, qui s’intéressaient également aux matières exotiques.

 

Grâce aux découvertes archéologiques et aux expérimentations, les chercheurs ont acquis une connaissance, certes limitée, du port et des usages de la parure.

 

Perles en bois de renne

 

Les différents bijoux préhistoriques

 

L’homme préhistorique a utilisé plusieurs supports et techniques pour fabriquer ses ornements.

 

La parure constituée de coquillages, d’ivoire de mammouth ou dents de renard tressés, était un ornement très fréquent dans la préhistoire. Mais on retrouve aussi les pendeloques, objets réalisés en os ou pierre, souvent de forme aplatie, perforés à une extrémité pour permettre le passage d’un lien pour le suspendre ou l’attacher. Des statuettes figuratives ou symboliques, objets en relief majoritairement en ivoire, étaient portés seuls ou en série. De même, des rondelles, objets arrondis et plats présentant au centre un orifice prévu pour le suspendre, présentaient parfois une gravure d’une représentation animale. Enfin, objet courant, les contours découpés étaient des objets très plats dont les contours suivaient la forme de la silhouette d’un animal.

 

Anneau en ivoire d’Arcy-sur-Cure

 

Le luxe tel que nous le connaissons n’est pas apparu subitement. Il est le fruit d’un long travail de création, adapté aux époques. Et dès la Préhistoire, des hommes et femmes ont poussé la connaissance et le raffinement, pour viser la perfection.

 

Lire aussi >PETITE HISTOIRE DU LUXE : LE DIAMANT, MINÉRAL LE PLUS PUR ET LE PLUS CONVOITÉ AU MONDE

Photo à la Une : ©Musée National de Préhistoire

Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus Magazin décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Tags

Luxus Magazine recommends

Luxus Magazine N°8

Disponible dès maintenant