Vous lisez en ce moment
Hommage à Coco Chanel : Il y a 50 ans, l’audacieuse créatrice de mode tirait sa révérence

Hommage à Coco Chanel : Il y a 50 ans, l’audacieuse créatrice de mode tirait sa révérence

Le 10 janvier 1971, Gabrielle Chanel, alors âgée de 87 ans, tirait sa révérence depuis sa chambre d’hôtel au Ritz. Hommage à l’une des plus grandes icônes françaises de tous les temps, La Grande Mademoiselle Coco Chanel.

 

50 ans plus tôt, tard dans la nuit du dimanche 10 janvier au lundi, le bulletin de l’AFP tombe: “Mademoiselle Coco Chanel est morte dimanche soir à Paris. Elle était âgée de 87 ans » . L’icône du chic à la française s’est éteinte à 21h.

 

Sa dernière collection, préparée dans son atelier de couture rue Cambon peu de temps avant son décès, est présentée le 26 janvier suivant. Selon des sources proches du palace, « sa fin a été très douce. Nous sommes atterrés car rien, dans les jours précédents, ne nous laissait supposer une telle issue », affirment-ils.

 

Coco Chanel passe ses derniers instants dans ce palace qu’elle affectionne tant. Du Ritz, elle disait, en 1937: « Le Ritz, c’est ma maison » . Elle passa une importante partie de sa vie dans cette suite de 188 m2, au deuxième étage du Ritz. Les fenêtres de sa suite donnent sur la place Vendôme. Elle quitte néanmoins son sanctuaire parisien durant une dizaine d’années, après la guerre, pour s’installer en Suisse, et s’éloigner de ses liens avec l’occupant allemand.

 

© Douglas Kirkland

 

« Le noir est indémodable », disait-elle. Ce refuge peu fréquenté s’habillait de ce même noir. La créatrice, perfectionniste jusque dans les moindres détails, revisitait la décoration de sa suite au Ritz, amenant son canapé en daim et ses paravents chinois depuis son atelier rue Cambon.

 

Des talismans parsèment les pièces, certains représentant son signe astral, le lion protecteur et d’autres représentant le blé, symbole du bonheur et de la prospérité. Ce symbolisme du blé apparaissait même sous la forme d’un tableau, offert par son ami Salvador Dali.

 

Coco Chanel l’avait demandé spécifiquement: personne ne pouvait rentrer dans sa forteresse de solitude, et seuls les membres de sa famille, deux nièces et un neveu, ont été autorisés à lui rendre un dernier hommage.

 

Nombreux sont les hommages qui ont suivi l’annonce, et notamment ceux de ses confrères dans la mode. Paco Rabanne la décrit en ces mots: « Chanel est venue avec sa ligne fine, moderne, adaptée à la vie et a soufflé tout le monde par sa modernité. Je l’admirais parce qu’elle était la sobriété. Elle meurt en pleine gloire ».

 

« Elle s’exprimait avec une rare acuité. Sa transcription de l’élégance, dans ses robes, avait cette même qualité », affirmait Pierre Balmain, qui se souvient d’elle comme d’une « personne intelligente », qui avait comme mot d’ordre: « toujours ôter, toujours dépouiller, jamais ajouter ; il n’y a d’autre beauté que la liberté du corps »

 

Beaucoup retiendront de Gabrielle Chanel sa modernité, et sa volonté de se placer à contre-courant de la mode à son époque. Briser les codes était sa spécialité, elle ne connaissait aucune barrière de genre et passa ainsi une longue partie de sa carrière à déconstruire les fondements même de la mode traditionnelle.

 

Voir aussi

Gabrielle Chanel au balcon de sa suite au Ritz Hotel, Paris, 1937 © Roger Schall

 

Dès ses premières collections, les créations de Gabrielle Chanel s’inspirent des codes masculin du dandy, et de la souplesse des survêtements réservés alors aux hommes. Lorsqu’elle est de retour sur le devant de la scène, en 1954, le style New Look signé Christian Dior fait fureur.

 

C’est alors que l’iconique tailleur Chanel voit le jour. D’abord vivement critiqué, le tailleur est aujourd’hui devenu l’une des pièces de mode les plus célèbres de tous les temps, et est l’allié de la femme active depuis des décennies.

 

Les obsèques de Coco Chanel sont organisées le mercredi 13 janvier 1971, et l’AFP relate que « Pierre Cardin, que Coco Chanel avait maintes fois fustigé, n’était pas là ». Pourtant, tout le beau monde de la haute couture est présent pour rendre hommage à La Grande Demoiselle. Le prêtre met en avant « son esprit mordant » et « son optique d’une mode décente« . « Elle était croyante, à sa façon peut-être, mais réellement », ajoute t-il.

 

50 ans plus tard, le Palais Galliera, musée de la Mode à Paris, expose jusqu’au 14 mars la première rétrospective consacrée à cette couturière qui a révolutionné la mode de son époque.

 

Lire aussi > HISTOIRE DE LA MODE: LA VESTE CHANEL, CRÉATION PHARE DE LA MAISON DEPUIS 100 ANS

 

Photo à la Une : © Coco Chanel

Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut