Vous lisez en ce moment
La Fashion Week de Londres fait le plein d’idées

 

 

La Fashion Week de Londres fait le plein d’idées

La Fashion Week s’est clôturée à Londres le 22 février après cinq jours de défilés. Deux marques emblématiques se sont particulièrement faites remarquer pour leur absence : Burberry et Victoria Beckham.

 

Pour cette semaine de défilé à Londres, 37 défilés publics étaient au programme dont des marques établies et habituées de ce rendez-vous, présentant aussi bien des collections féminines que masculines. Burberry prévoit un défilé à Londres le 11 mars, hors du cadre de la Fashion Week et, de son côté, Victoria Beckham a déjà donné un avant goût en dévoilant mi-janvier sa pré-collection automne-hiver 2022-23 au siège de la marque à Londres.

 

Mélange des genres chez Edward Crutchley

 

© Imaxtree

 

L’ouverture des défilés s’est faite avec Edward Crutchley qui ne manquait pas de panache, avec ses coupes moulantes ajourées et son élégance androgyne. Edward Crutchley se distingue systématiquement par sa capacité à mélanger des ères différentes dans des créations pointues, entre maille et superpositions.

 

Sensualité gothique chez Simone Rocha

 

© Imaxtree

 

Chez Simone Rocha, on retrouve des robes-nuisettes semi-transparentes portées sur des micro-pulls torsadés coupés comme des brassières, avec des collants noirs émaillés de perles. Le romantisme de Simone Rocha devient plus noir, arborant des inspirations gothiques et japonisantes.

 

Jeux de transparence pour Nensi Dojaka

 

© Imaxtree

 

La lauréate de 2021 du LVMH Prize, Nensi Dojaka présente des vêtements aux constructions symétriques et graphiques où l’on lit sa formation en lingerie. La sensualité exacerbée et la puissance de très belles coupes rendent les pièces très désirables.  « J’ai créé ces derniers temps des robes dans cet esprit pour des célébrités, et eu envie de continuer d’explorer encore ce genre, tout en le mélangeant à d’autres possibilités » explique la créatrice.

 

Voir aussi

Sexy suggéré pour la griffe Erdem

 

© Imaxtree

 

Chez Erdem, la dentelle fleurie se superpose aux sequins et à la broderie. On retrouve également des tailleurs stricts à la Marlene Dietrich, des ensembles plissés façon Fortuny et des nuisettes très travaillées. “Je voulais ranimer, en plus fantomatique, un cabaret des années 1920, en revendiquant son sous-texte sexuel : une brassière s’assume par-dessus une robe” commente Erdem Moralioglu, inspiré par la « fluidité de genres » des images de la photographe autrichienne Madame d’Ora (1881-1963).

 

 

Lire aussi > RETOUR SUR LES TEMPS FORTS DE LA FASHION WEEK DE MILAN

 

Photo à la Une : © Erdem

Voir les commentaires (0)

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.


COPYRIGHT 2021 LUXUS + ALL RIGHTS RESERVED

Revenir en haut