On a testé pour vous les sneakers ultra personnalisées signées Hockerty

On connaissait Hockerty pour ses costumes sur-mesure. Ce qu’on sait moins, c’est qu’il est possible de choisir un vestiaire plus casual et notamment des sneakers signés de la Maison. Cet été, cet atelier de mode masculine en ligne s’est d’ailleurs doté d’un outil d’essayage 3D dédié. Chez Luxus plus, on a cherché à comprendre pourquoi il était l’outil de personnalisation “le plus performant du marché”. La preuve en trois étapes.

 

Vous le savez, la personnalisation a le vent en poupe, et pas seulement dans le Web3.

 

Vous êtes unique. Et ce n’est pas parce que la génération Z a décrété que l’informe serait le nouvel uniforme qu’il faut sauter à pieds joints dedans. Adopter une tenue personnalisée plutôt que sérialisée (avec le risque de paraître débraillé ou engoncé), c’est non seulement se différencier. Mais c’est aussi refuser une impulsion fast fashion, qui remplit vos armoires et ruine la planète.

 

Pourtant, le sur-mesure apparaît encore trop souvent comme un rêve inaccessible : trop coûteux, trop intimidant (essayez donc de franchir les portes d’un tailleur londonien à Savile Row) et trop chronophage (bonjour, la prise de mesure interminable).

 

Mais justement, cela fait maintenant quinze ans que Hockerty démocratise le sur-mesure en France et à l’international.

D’abord, centré sur le style formel avec le costume, l’atelier de mode masculine en ligne s’est, au fil des années et de l’évolution des modes de vie, ouvert à un vestiaire plus décontracté. Et ce, de la tête aux pieds.

 

Et de pieds, il en est justement question puisque que depuis cet été, Hockerty a trouvé le moyen ultime de contrer les principaux freins à l’achat en ligne de sneakers personnalisés : un module d’essayage virtuel. Raison de plus pour braver le froid au sec avec des nouvelles baskets confortables, résistantes, design et surtout qui vous ressemblent.

 

Retour d’expérience.

 

Une pointure dans le choix

 

En arrivant sur le site de Hockerty, on est vite frappés par l’étendue des choix ouverts à la personnalisation : costumes, smokings, chemises, gilets, vestes, manteaux, pantalons, jeans et maintenant chinos. Il y en a pour tous les goûts, toutes les couleurs et toutes les matières.

 

Et il en va de même avec l’univers de la chaussure.

 

© Hockerty

 

Là aussi, un article n’aurait pas suffit tant le choix est large entre bottines à lacets, derbies, richelieus, brogues… Même le modèle star de la saison – le mocassin – est de sortie, en version cuir ou velours, s’il vous plaît.

 

Et côté sneakers ?

A première vue sur le site, le choix semble binaire : basket blanche immaculée – valeur sûre mais sans risque – ou personnalisée.

 

© Hockerty

 

Or, plonger dans l’espace personnalisation des baskets, c’est se frotter à un feu d’artifices de propositions.

 

Ainsi, on dénombre pas moins de sept modèles de baskets personnalisables, de la basse à la haute. Chacune évoque un style inspiré mais aussi une destination urbaine culturelle et fashion (Barcelone, Paris, Londres, Milan, Berlin, Zurich…).

 

Une fois, le modèle choisi, telle un toile blanche, place à la création proprement dite.

 

Capture d’écran du module de personnalisation © Hockerty

 

Première découverte : il est possible de personnaliser l’ensemble de la chaussure, de l’embout à la talonnière, en passant par les quartiers ou les garants/dentelles, sans oublier les lacets, la semelle et les talons arrière. Chacun des empiècements étant abordé indépendamment des autres.

 

C’est là que l’on rentre dans le dur avec une granularité de détails particulièrement pointue.

 

On commence par le choix de la matière avec du cuir bruni ou non, de la suédine ou du tissu.

 

L’affaire devient alors addictive : chaque option se décline entre six et dix coloris ou motifs. La version tissu est sans doute la plus originale avec notamment une proposition en tartan (Brendan).

 

Pour les plus coquets,  il est possible d’ajouter ou non ses initiales, qu’elles soient gravées au laser ou perforées.

 

Enfin, un guide des tailles permet de trouver rapidement la pointure parfaite.

 

Ajoutons que l’outil de personnalisation permet de manipuler facilement le modèle 3D ainsi créé et de contempler sa paire de sneakers sous toutes ses coutures.

 

Une fois le modèle, les matières, les couleurs et les motifs choisis, il est temps de passer à la seconde étape : l’essayage et ce, sans bouger de chez soi.

 

Le pied dans le virtuel

 

Depuis l’été dernier, la proposition de Hockerty pour les baskets s’est ainsi enrichie d’un module d’essayage virtuel. Un service digne d’un pacha accessible depuis votre domicile.

 

Ce que l’on appelle le Virtual Try On (VTO) n’est plus réservé aux grandes Maisons de luxe. Les plateformes e-commerce comme Farfetch, Tmall et maintenant Hockerty s’y sont mises.

 

Pour ce faire, la plateforme e-commerce s’est associée à la startup innovante polonaise Wearfits, basée à Cracovie.

 

L’expérience est réalisée au moyen de la technologie de réalité augmentée (AR).

 

Nu pieds ou déjà chaussé, il est possible d’essayer ses baskets, avant qu’elles ne soient créées, autant dire, une petite révolution pour le marché.

 

Pour cela, rien de plus simple, il suffit d’orienter la caméra du téléphone mobile vers vos pieds et le tour est joué.

 

En quelques secondes, vous pouvez chausser votre future paire en temps réel. Le modèle est reproduit en taille réelle et ajusté à la taille de vos pieds au moyen de l’intelligence artificielle .

 

Vous pouvez d’ailleurs jusqu’à une certaine limite lever vos pieds pour constater l’ensemble des détails. Seul le dessous de la semelle ne peut pas être ausculté. Un bon moyen de savoir si la pointure envisagée sera de nature à sublimer vos pieds.

 

En proposant cette expérience, Hockerty s’assure de limiter le retour produit – qui représente un coût substantiel pour les plateformes e-commerce comme pour l’environnement.

 

Hockerty solutionne également l’un des principaux freins à l’achat de produits de mode en ligne, soit le problème de taille. Les pointures peuvent en effet différer en fonction des marchés et des marques.

 

Enfin, l’autre frein reste la livraison et là surprise, vous n’aurez qu’à patienter une quinzaine de jours avant de pouvoir toucher du doigt votre dernière création.

 

Un déballage qui va vous botter

 

Ca y est c’est le jour J, après avoir phosphoré, tergiversé, élaboré et trépigné, l’heure de l’unboxing de votre précieux modèle a enfin sonné.

 

A l’ouverture, une belle boîte à chaussures dans une teinte bleu canard – de quoi s’accorder avec votre sapin – vous tend les bras.

 

Et là, une housse de protection Hockerty avec rubans assortis vous est fournie.

Puis, sous un papier de soie duveteux et craquant à la fois, votre paire se révèle.

 

J’ai personnellement opté pour un modèle taille basse Barcelona en cuir dans des teintes gourmandes faites de chocolat et de cognac avec logo doré sur le talon.

 

Et là, on ne peut que constater la haute qualité du produit avec sa semelle renforcée, ses empiècements robustes et ses couleurs éclatantes.

 

En humant la bonne odeur de cuir et en inspectant l’intérieur, heureuse surprise : la mention “ortholite” apparaît sur la semelle à côté du nom Hockerty. Pour votre gouverne, sachez que l’on retrouve ce type de semelles dans de nombreuses  chaussures de running et quelques sneakers, et que la vôtre en fait donc partie. Celle-ci offre un meilleur amortissement des chocs et une aération plus développée.

 

Ne reste plus qu’à les enfiler.

 

Avouez qu’il serait fort dommage de les conserver chez vous telle une pièce de musée.

 

Le modèle tient bien au pied sans le comprimer, la semelle compensée protège bien du sol.

 

Bon, je vous laisse, j’ai du gravier à fouler.

 

Lire aussi > DOSSIER UNBOXING THE FRENCH WAY : « JE FAIS VIVRE L’EXPÉRIENCE À MES ABONNÉS »

 

Photo à la Une : © Hockerty

Victor Gosselin est journaliste spécialisé luxe, RH, tech, retail et consultant éditorial. Diplômé de l’EIML Paris, il évolue depuis 9 ans dans le luxe. Féru de mode, d’Asie, d’histoire et de long format, cet ex-Welcome To The Jungle et Time To Disrupt aime analyser l’info sous l’angle sociologique et culturel.

Tags

Luxus Magazine recommande

Luxus Magazine N°8

Disponible dès maintenant