« The Goose », le cryptoart vendu chez Sotheby’s pour la somme record de 6,2 millions de dollars

En juin dernier, Sotheby’s a réalisé une vente révolutionnaire de plus de 6,2 millions de dollars pour le cryptoart « The Goose ». Cette œuvre d’art générative de la blockchain, réalisée par Dmitri Cherniak, a captivé les amateurs de NFT et attiré l’attention en raison de son histoire unique et de sa valeur artistique.

 

Le cryptoart bat des records ! Lors d’une vente aux enchères organisée par Sotheby’s, l’œuvre d’art « The Goose », également connue sous le nom de Ringers #879, réalisée par Dmitri Cherniak s’est fait remarquer. Au marteau, « The Goose » a atteint 5,4 millions de dollars, soit un prix de vente final de 6 215 100 dollars, tous frais compris. Cette vente marque une étape importante dans le monde de l’art de la blockchain et des NFT.

 

 

Initialement, Sotheby’s estimait le prix de vente de l’œuvre entre 2 et 3 millions de dollars. Dépassant toutes les attentes, l’enchère finale a largement dépassé le prix de vente précédent de 2021. Cette vente record marque une étape importante dans le monde de l’art de la blockchain et des NFT.

 

L’éminent pseudo-collectionneur d’art de la NFT, Punk6529, serait l’acheteur.

 

 

« The Goose a eu un parcours historique jusqu’à présent, à travers des moments clés de l’histoire du NFT, et je pense que son parcours ne fait que commencer », a-t-il déclaré dans un communiqué.

 

Histoire particulière

 

« The Goose » a une histoire intéressante. Le fonds spéculatif sur les crypto-monnaies, Three Arrows Capital, aujourd’hui disparu, l’avait précédemment acquise en 2021. Three Arrows Capital avait fait la une des journaux en achetant l’œuvre d’art pour la somme exorbitante de 5,66 millions de dollars.

 

Suite à la faillite de Three Arrows Capital l’été dernier, les liquidateurs du fonds ont eu la responsabilité de régler les dettes de l’entreprise. Ils ont donc confié à Sotheby’s la tâche de constituer une collection intitulée « Grails » provenant du fonds Starry Night, et qui comprenait l’œuvre d’art « The Goose ». Ce fonds visait à rassembler une collection de NFT du monde entier.

 

Vente record pour une œuvre remarquable

 

L’œuvre « The Goose » occupe une place particulière dans la communauté de l’art génératif. En effet, elle illustre le fascinant mélange de hasard et d’habileté dans la création d’œuvres d’art à partir d’un code informatique aléatoire. En tant qu’œuvre d’art générative, son résultat visuel est déterminé par des algorithmes aléatoires au moment où elle est frappée en tant que NFT.

 

 

« The Goose » a captivé les collectionneurs et les amateurs d’art par sa combinaison complexe de formes et de couleurs. Tout cela a abouti à une ressemblance frappante avec une oie, d’où le nom de l’œuvre d’art.

 

La vente record de « The Goose » met en évidence la demande croissante et la valeur des œuvres d’art génératives de la blockchain. En outre, cette transaction historique signifie la reconnaissance croissante de l’intersection entre l’art et la technologie dans l’espace NFT.

 

Au total, 37 œuvres d’artistes génératifs tels que Dmitri Cherniak, Tyler Hobbs, Jeff Davis ont été vendues lors de ces enchères. Presque tous les NFT de la vente ont été vendus à un prix supérieur à leur estimation. Jusqu’à présent, les ventes de liquidation de la collection Grails ont rapporté près de 17 millions de dollars.

 

 

 

Lire aussi >APRÈS SA PREMIÈRE CAMPAGNE POUR LOUIS VUITTON, PHARRELL WILLIAMS DÉVOILE UNE EXPOSITION ÉPHÉMÈRE À PARIS

Photo à la Une : © Sotheby’s

Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus Magazin décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Tags

Luxus Magazine recommends

Luxus Magazine N°8

Disponible dès maintenant