The Weeknd dévoile les incroyables scénographies de sa tournée mondiale

The Weeknd ou de son vrai prénom Abel, le chanteur le plus streamé au monde, vient de dévoiler l’impressionnante scénographie de sa tournée mondiale. Monde illusoire, dystopique, futuriste ou apocalyptique ? Chacun peut y trouver une interprétation différente. En plus de son immense talent, The Weeknd éblouira ses fans à travers le monde avec une scène “on fire”.

 

Après un report et une annulation, la tournée mondiale de The Weeknd, baptisée After Hours til Dawn Tour, aura bien lieu. Les fans français de l’artiste devraient être ravis, puisque ce n’est pas seulement une ou deux dates mais cinq qu’il offre à l’hexagone. Après Nice et juste avant Bordeaux, c’est dans la ville Lumière qu’il fera briller son talent devant des milliers de fans, qui se sont empressés d’acheter leurs billets en décembre dernier.

 

Pour l’occasion, le chanteur canadien The Weeknd -de son vrai nom Abel Tesfaye- que l’on a récemment pu admirer dans la nouvelle série de Sam Levinson- The Idol- a imaginé une scénographie spectaculaire et cosmique, riche en hommages et inspiration.

 

 

Cette scénographie extraordinaire, The Weeknd, bien qu’il ait de nombreux talents, ne l’a pas imaginé tout seul. En effet, avec l’aide de l’agence de design Tait Tower, il a pensé une configuration scénographique, une mise en scène et une automatisation digne d’un studio hollywoodien. C’est d’ailleurs la même entreprise qui avait travaillé sur sa performance durant le Super Bowl en 2021.

 

Ce décor grandiose comprend 17 immeubles de grande taille, peints à la main et faits sur mesure pour la scène principale, avec des éclairages, des lasers et d’autres appareils lumineux.

 

 

L’inspiration première de cette scénographie est la dystopie, entre purgatoire et péché, qui se retrouve d’ailleurs dans les deux derniers albums du chanteur : Dawn FM et The Highlights.

 

Conformément à ce thème, les bâtiments ont été imaginés, semi détruits dans des teintes rouges orangées. Pour poursuivre avec le thème apocalyptique, un immense écran a été ajouté en arrière plan, puis une sorte de lune géante, dans les mêmes couleurs, fixée au plafond.

 

 

Pour l’aspect pratique, s’agissant d’éléments de décor d’une tournée mondiale, chaque immeuble a été pensé de manière à ce qu’il puisse être divisé en morceaux faciles à monter, démonter et transporter. Les décors ont aussi été conçus pour résister aux températures, froides comme chaudes.

 

« L’équipe interne et externe a travaillé ensemble, avec diligence et transparence, pour s’assurer que l’attention aux détails était accordée à chaque partie des besoins esthétiques, techniques, logistiques et opérationnels de la production. C’était un processus vraiment remarquable, collaboratif et ouvert qui était essentiel pour pouvoir aider à créer une production aussi importante dans un court laps de temps. Nous sommes reconnaissants d’avoir eu l’opportunité de faire partie de l’équipe et sommes extrêmement fiers de ce que nous avons pu accomplir en tant qu’organisation » a ajouté Alex Serrano, gestionnaire de projet chez Tait.

 

De futuriste à dystopique

 

Cette scénographie apocalyptique n’est pas la première du chanteur. En effet, sa tournée mondiale a débuté sur le continent américain, avant de se poursuivre en Europe, à Londres plus précisément.

 

La deuxième étape de sa mise en scène, après une lune brillante géante, était une femme robot géante, imaginée par le mangaka japonais Hari Sorayama, connu pour ses pin-up hyperréalistes et futuristes. Cette silhouette imposante, faite de métal argenté, était placée au centre de la scène. Presque de quoi voler la vedette à l’artiste canadien.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Abel Tesfaye (@theweeknd)

 

« Nous construisons une métropole chromée pour cette étape » écrivait The Weeknd sur Instagram.

 

Enfin, le chanteur des tubes I feel it coming, Sacrifice ou Blinding Lights a choisi d’apparaître masqué, à la manière du rappeur MF Doom, décédé en 2020. Ce dernier avait emprunté son nom de scène à un super méchant de comics américain créé chez Marvel en 1962 par Jack Kirby pour affronter les Quatre Fantastiques : Doctor Doom. Un design de masque qu’avait d’ailleurs repris le réalisateur Ridley Scott pour son film Gladiator, l’acteur Russell Crowe le portant dans la fameuse scène des jeux au sein du Circus Maximus.

 

© Presse

 

19 dates, un tour du monde et plusieurs éléments scénographiques, plus qu’une tournée : cela devient presque un film ! Les fans (et nous) sont impatients de découvrir quels seront les prochains décors à travers l’Europe et l’Amérique Latine. Une chose est sûre, on ne sera pas blinding by the lights, comme dans son célèbre titre, mais bien par son talent et tout ce qui l’entoure !!!

 

Lire aussi >BEYONCÉ VS TAYLOR SWIFT : UN DUEL DE TOURNÉES AU SOMMET

 

Photo à la Une : © Presse

Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus Magazin décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Tags

Luxus Magazine recommends

Luxus Magazine N°8

Disponible dès maintenant