Tina Turner et le sud de la France : une grande histoire d’amour

Tina Turner, la chanteuse à la voix « qui réveillait les morts » a quitté ce monde mercredi, des suites d’une longue maladie. Elle laisse derrière elle le souvenir indélébile de son talent. Entre hommages, récompenses et voyages, il y avait bien un endroit qu’elle affectionnait tout particulièrement : le sud de la France.

 

Cannes, Saint-Tropez, Nice ou encore Beaulieu, la reine du rock et de la soul connaissait le sud comme sa poche. Membre de la jet set, elle souhaitait également vivre loin des caméras et de la célébrité.  Habituée des boîtes de nuit, des tapis rouges de grandes cérémonies ou des grands stades méridionaux qui accueillaient ses concerts, elle préférait par dessus tout sa demeure située à Villefranche-sur-mer, loin des regards et de sa vie à deux cents à l’heure, qu’elle aimait autant qu’elle fuyait.

 

Bien que le nom de Diva l’ai suivi toute sa carrière, un aperçu de sa vie en Europe offre une perspective totalement différente et apporte un regard nouveau sur cette artiste révolutionnaire. Ce qu’elle affectionnait avant tout, c’étaient les choses simples de la vie : son mari, un repas entre amis, un peu de lecture et un brin de soleil. Tout compte fait, l’extraordinaire devient vite ordinaire quand on le souhaite.

 

Un amour de la Méditerranée

 

Son amour pour le sud de la France, elle le doit notamment à son manager, qui, dans les années 90, lui a fait découvrir ce petit coin de paradis chaleureux, où rayons du soleil et épines de pins se rencontrent. Elle loue pour la première fois une petite maison rose, située au sommet d’une montagne. Et depuis, la France ne l’a jamais quittée, et elle non plus.

 

 

« La décoration est la première réponse à la perte et au bouleversement » et c’est avec l’embellissement de ses propriétés que Tina Turner se vidait la tête.

 

La reine du rock’n’roll admirait le classicisme de la Grèce et de Rome. Grande collectionneuse d’art chinois, elle étudiait aussi le bouddhisme et avait besoin de se sentir connectée dans chaque pièce de sa maison.

 

 

Pour l’aider à repenser sa dernière demeure méridionale, elle avait fait appel à deux grands décorateurs, Stephen Sills et James Huniford. Ils la décrivaient d’ailleurs comme « une décoratrice née ».

 

Sa villa azuréenne était un parfait mélange entre tout ce qu’elle appréciait le plus : poteries, sculptures grecques et romaines, colonnes, lustres en bronze…

 

 

C’est une grande bâtisse de 580 m2, composée d’un séjour immense, agrémenté d’une cheminée ancienne. Chaque pièce principale de la villa s’ouvre sur un patio ou un balcon, ou détente et déjeuners au soleil sont au rendez vous. C’est d’ailleurs tout l’intérêt de vivre au sommet d’une falaise sur la Riviera. La chambre de l’artiste, de plus de 70 m2, d’inspiration égyptienne donne sur une terrasse isolée avec une vue à perte de vue sur la mer. « C’est mon refuge » disait Tina Turner, « mon endroit préféré de la maison« . La demeure comporte également une grande piscine, où l’artiste aimait prendre des cours de natation.

 

 

Le sud de la France, la côte d’Azur, la Riviera ou encore la côte méditerranéenne, tous ces noms pour un seul lieu dont Tina Turner était tombée amoureuse. Le sud l’aura marqué et elle l’aura marqué à son tour.

 

Lire aussi>DISPARITION DE JEAN-MARC GAUCHER : REPETTO PERD SON HOMME PROVIDENTIEL

 

Photo à la Une :© Ad magazine

Grâce à une veille accrue et à une excellente connaissance de ces secteurs, la rédaction de Luxus Magazin décrypte pour ses lecteurs les principaux enjeux économiques et technologiques de la mode, l’horlogerie, la joaillerie, la gastronomie, les parfums et cosmétiques, l’hôtellerie, et l’immobilier de prestige.

Tags

Luxus Magazine recommends

Luxus Magazine N°8

Disponible dès maintenant